Brève rencontre
Antoine Bancaud, l'homme libre

Une sensibilité à fleur de peau Antoine Bancaud. Cet instructeur, qui a délaissé depuis quelque temps l'enseignement classique pour une remise en cause fondamentale des bases de son métier, était récemment à la Société Hippique d'Epinal. Non pour animer des stages mais pour un échange amical avec le staff technique. Antoine travaille actuellement chez Stéphane Doumenc, le récent champion de France d'attelage à 4 chevaux. L'objectif avoué du meneur et de son coach est rien moins que le championnat du monde qui se
courra en 2002 à Jeres en Espagne. Un défi à contre courant des bonnes manières comme
nous le verrons plus loin. Comme un des meilleurs formateurs d'hommes de cheval, Antoine s'est volontairement mis en marge d'un système qui ne correspondait plus à son idéal pour entreprendre ses propres recherches. Pas question pour lui de tout jeter aux orties, mais septembre dernier. " On nous avait conseillé,d'analyser, d'observer et de réfléchir aux apports de la science dans le domaine de la bio-mécanique entre autres et des méthodes nouvelles développées par Monty Roberts et Pat Parelli. Antoine est servi par une intelligence et un esprit de synthèse tout à fait remarquables qui lui permettent un passage à l'acte efficace et utile lorsqu'on part dans l'inconnu pour y chercher du nouveau. au monde mais loin des duperies de "du cheval d'où découlera forcément celui du
cavalier". Pour cela un atout : le travail sur le plat, monté, à la longe et aux longues rênes, le E. R.plus souvent possible au pas lent. " C'est une gymnastique pour le cheval qui amène le cavalier à se mettre dans l'état de sentir les réactions de son cheval. C'est le travail de fond qui m'intéresse d'abord. Ensuite on mêlele fond et l'utilisation. " Loin de l'équitation " presse-bouton " et de son concept action réaction.